Un long week-end en Alsace

Un long week-end en Alsace

Alsacienne depuis plus de 1 500 ans au bas mot, j’y suis née, j’y ai vécu, j’y ai grandi. C’est dire, si je m’y connais en matière de HOPLA, de GEIS et autres choucrouteries.

Au delà du folkore et de la vénérable Route des vins, voici les adresses et endroits où j’aime aller quand je reviens. A consommer sans modération pour être considéré comme un vrai alsacien.

Où manger ?

  • Un étoilé ça vous dit ? Grâce à la Formule Jeunes, réservée aux moins de 35 ans  c’est possible. Pour 100€ par personne (vin compris), vous pouvez aller manger à l’Auberge de l’Ill, 3 étoiles au guide Michelin. Pensez à réserver bien en avance, car c’est pris d’assaut !

 

Que faire ?

  • Batifoler avec des macaques : à la montagne des signes, il n’y a pas de grillages, ni barreaux.  Les macaques se baladent ici en toute liberté : on peut donc avoir un contact direct avec eux et même les nourrir. Ça change des zoos !
  • Retomber en enfance : ancien showroom de la société Mack (fabricant de montagnes russes), transformé en parc d’attractions, Europa Park est le plus grand parc d’Europe en superficie avec plus de 100 attractions et spectacles pour tous les goûts, tous les âges, toutes les sensibilités. Pour vous y rendre, utilisez le bac de Rhinau plutôt que l’autoroute, ça rend le trajet plus sympa.
  • Accompagner le veilleur de nuit dans sa ronde : vêtu de sa cape et muni de sa hallebarde, il vous entraînera gratuitement pendant 1h dans les ruelles d’Eguisheim à la découverte de l’histoire de l’un des plus beaux villages de France. Intéressés ? Alors rendez-vous le 24 novembre, le 4, 11, 18, 28 et 30 décembre 2012 sur la place du château. Le veilleur de nuit officie aussi en été. Pour connaître les dates exactes, le mieux reste encore d’appeler l’office du tourisme.
  • Se ressourcer aux thermes : en hiver quand il fait bien froid, j’aime plonger dans le bassin extérieur chauffé de Vita Classica et regarder la neige tomber autour de moi. Pour ceux qui seraient tentés, il y a aussi un espace Sauna. Allemagne oblige, ici c’est mixte et tout nu : pudique s’abstenir.
  • Faites la fête : dans la région, on trouve toujours un prétexte pour festoyer. Fête de la grenouille, du jambon braisé, de la carpe frites, du cochon de lait, de la choucroute, de la tarte flambée, de la bière, de la bretzel, du potiron, de carnaval, du vin… Voici un rapide aperçu des fêtes qui ont lieu toute l’année. Pour connaître le programme complet, consultez le site la Ronde des fêtes.

 

Où sortir ?

  • Si vous voulez aller voir un film, allez au Colisée à Colmar. Face à la concurrence des grands complexes, ce petit cinéma indépendant a décidé de limiter le prix de ses séances à 5€, pour les même films ! Avec la différence, vous pourrez vous offrir des esquimaux, chouette non ?
  • Pour assister à un concert, allez à la Laiterie à Strasbourg. Ici on peut voir de bons groupes sans prendre son billet 1 an à l’avance (à venir : stupeflip, angus stone, lilly wood and the prick…). En plus comme la salle est relativement petite, vous serez proche des artistes, en mode concert intimiste.

 

Où trouver de bons  produits locaux ?

  • De la charcuterie : petit déjà M. Rasser aimait être là quand on tuait le cochon. Des années plus tard, il décida de faire de sa passion, un métier. Avec sa femme Christine, cuisinière de profession, ils tiennent aujourd’hui le Büra Hisla, l’adresse la plus jalousement gardée des environs.
  • Du vin : chez les Gruss, le vin c’est une histoire d’hommes, une histoire de famille. Après Eugène, Joseph, Bernard, c’est désormais André qui est à la tête du domaine. Viticulteur passionné, il se fera un plaisir de partager avec vous ses connaissances, vous faire goûter ses vins et visiter son domaine. Mon préféré ? Le casse-noisette, un pinot gris élevé en fût type bourgogne. Atypique.
  • De la bière : nous constations avec regret ses dernières années, une disparition lente mais certaine des brasseries alsaciennes au profit de grosse structures industrielles. Mais c’était sans compter sur la jeune génération, bien décidée à redonner un second souffle à notre boisson préférée. Parmi les initiatives les plus intéressantes, citons la microbrasserie Sainte Cru fondée par Vivien Remond… dans son garage. Ambrée, blanche, rousse, brune, la petite mais ambitieuse entreprise a créé des bières de caractères aux noms bien trempés (red is dead, sombres héros, dark side…) et propose même des séances de dégustations.
  • Des souvenirs 100% made in Elsass : c’est sous le pinceau de David Grandmaire que sont apparus pour la 1ère fois les personnages de Jeannala et Seppala. Savant mélange entre tradition et modernité, ce petit couple à la bouille bien sympathique se déclinent en tableaux, cartes postales, stickers mais aussi en figurines, qui à l’instar du nain d’Amélie poulain, m’accompagneront durant mon tour du monde.