Fort - midable !

Fort – midable !

1er janvier : 

Ça devait arriver avec ce froid, j’ai chopé le rhube !!! Sympa pour commencer la nouvelle année.

Notre leçon de tuk tuk matinale me redonne le sourire. Après un début difficile, j’arrive enfin à démarrer. En voiture Simone ! En fait, c’est pas si compliqué. Le plus difficile étant d’arriver à rouler en évitant les vaches, les gens, les tuk-tuk, les rickshaws, les voitures, les nids de poule… Pour aller jusqu’au Fort d’Amber, je décide de passer la main à Ali. C’est plus prudent 😉

Encore une fois, nous avons le souffle coupé. Y’a pas à dire les indiens, ils sont quand même vachement forts en forts. Pour y accéder, il faut monter tout un tas d’escaliers. Les paresseux eux préféreront y aller en éléphants. Soucieux de muscler nos fessiers, nous irons à pieds. Le fort est un vaste labyrinthe. Nous enchaînons, les portes, les passages, les escaliers, les étages, les tourelles jusqu’au point le plus haut où nous avons eu très belle vue sur la vallée.

Pendant notre visite, nous croisons plusieurs la petite fille aux chaussures qui couinent. Le père nous explique que c’est pour savoir toujours où elle est. Mieux qu’une puce ou un GPS intégré, je recommande à tous les jeunes parents. Avec ça impossible de paumer votre enfant, mais votre sang froid peut être.

Au retour, nous passons devant le Jal Mahal, un palais au milieu d’un lac. Ça claque mais ça ne doit pas être ultra pratique à vivre quand même, je me dis. On se console comme on peut  😉

Dernière étape, le Monkey temple qui n’a de Monkey que le nom. Aucun singe à signaler dans le temple tout en haut. Ils sont tous en bas, entrain de se gaver de bananes, apportées sûrement par des touristes qui avaient la flemme de monter. Il y en a des dizaines qui se battent, se papouillent, font l’amour, mangent, dorment, courent, grimpent mais aussi chevauchent des cochons ou essayent de s’extraire de sacs en plastique. Un vrai bordel quoi !