Indian Style

Indian Style

6 janvier :

Aujourd’hui, on prend des risques : nous commandons pour la 1ère fois au petit déjeuner un jus d’orange frais. Et ce malgré les recommandations diverses et variées de guides, blogs et autres voyageurs. RAB comme on dit par chez moi. On veut du fruit, on veut du frais et advienne que pourra.

On essaye de se rendre une nouvelle fois au jain temple. Re-échec. Comme c’est dimanche c’est fermé aux étrangers…

Sur le chemin vers le Gadi Sagar Tank, un réservoir d’eau entouré de jolis édifices, nous passons devant une boutique de vêtements. Initiative originale pour attirer les chalands, ils utilisent l’humour en proposant de « rendre son petit ami moins moche en le relookant». Non pas que je trouve que Florent en ait besoin, au contraire ! Mais la Cristina Cordula qui sommeille en moi meure d’envie de le voir en version indienne. Il essaye une chemise et un pantalon… C’est trop court et sans forme. On dirait Jacquouille la fripouille. Essai non concluant, rien ne vaut l’élégance à la française.

Nous nous rendons ensuite voir le Patwah ki Haveli. Sur la route nous croisons 2 étudiants indiens en goguette. Ils nous accompagnent pour la visite puis pour boire un verre et manger un bout, dans le restaurant le plus mauvais que nous ayons fait jusqu’alors. Ils nous racontent leur vie, la problématique des castes et la mythologie indienne. Et nous invite. On refuse. Ils insistent. On dit d’accord. Bien évidemment, on finit par la sempiternelle séance photo avec option collé/serré et une pose inspirée du film Titanic. Elle lui servira probablement à se faire mousser auprès de ses copains : « Hé les gars, regardés pendant mes vacances à Jaisalmer, j’ai serré une cougar européenne. »

Dernière visite au coucher du soleil : Bada Bagh, le cimetière des marahdjahs. On se sent un comme les aventuriers de l’arche perdue. Enfin en faisant abstraction des dizaines d’éoliennes qui nous entourent. J’en profite pour faire une petite chute de derrière les fagots. Malheureusement pour vous, Florent avait éteint la caméra à ce moment-là.

Pour notre dernier diner à Jaisalmer, on décide de rester à l’hôtel. On a trouvé un bon petit spot à l’abri du vent. La nourriture n’est pas très bonne mais on a le wifi et on est pas mal installé. On reste un moment jusqu’à ce qu’un serveur nous demande de libérer la place car c’est l’endroit où il dort. Il est 23h. Ils sont sur le pont depuis 8h. Et, la nuit ils dorment dehors. L’inde c’est aussi ça.