Beau comme un camion

Beau comme un camion

16 janvier : 

Lors du contrôle de sécurité à l’aéroport de Goa, l’agent chargée de la fouille est pleine d’admiration devant mon mini stylo en faux diamants. Du coup on se met à papoter. Je lui explique que c’est un cadeau, que je voyage avec mon petit ami et patati et patata. « Mais ta famille est ok pour que tu voyages avec un homme qui n’est pas ton mari ? » me dit-elle. Je lui réponds : « Ben oui ». Pensive, elle me dit que ce genre de choses ici ne serait pas admise. De mon côté, j’ose à peine imaginer la scène… “Maman, papa vous êtes d’accord pour que je parte avec mon non mari Florent ?”.  On vit vraiment dans 2 mondes différents. Mais avec le même référentiel esthétique, vu la tape dans le dos qu’elle m’a mise et son clin d’œil plein de sous-entendus, quand elle l’a vu.

Aujourd’hui, nous volons avec la compagnie SpiceJet. Comme le laissait penser le nom de la compagnie, le vol a été relevé avec des turbulences à gogo et des sueurs froides.

Welcome à Kochi. L’aéroport est moderne. Aucun taxi ne nous harcèle à l’arrivée. Notre bus est climatisé. On hallucine !!! Est-on toujours en Inde ? Oui nous y sommes, en atteste le trafic routier engorgé et « klaxonné ». Une fois n’est pas coutume, nous mettons plus de 3h pour atteindre notre destination.

Mais sur le trajet, heureusement nous trouvons quelques distractions. Comme cette manifestation religieuse à laquelle nous participons bien malgré nous en roulant au pas derrière eux. Ou encore ce gigantesque parking de camions, où des centaines de véhicules alignés côte à côte, avec toutes leurs couleurs et leurs dessins donnent tout leur sens à l’expression « t’es beau comme un camion ». Pouet Pouet.