Dare d'art

Dare d’art

17 janvier : 

Après un petit fight matinal avec notre tenancière qui a refusé de nous fournir du papier toilette et savon sous prétexte qu’elle nous a fait un bon prix pour la chambre, nous nous rendons voir l’attraction n°1 de Kochi : les cartelets chinois. A l’aide de poulies et de cordes, plusieurs hommes descendent leur énorme filet dans l’eau puis le remonte en espérant qu’ils auront pris du poisson. Il est midi, y’a rien qui mord. C’est plus pour le folklore, que ces bonshommes-là s’agitent. L’idée étant ensuite de proposer aux touristes d’essayer à leur tour en échange d’une petite donation. Compte tenu de la chaleur ambiante, nous déclinons l’invitation, la moindre activité physique pourrait nous être fatale.

Nous préférons nous rendre dans le quartier juif pour visiter le Dutch palace, la Synagogue et surtout les boutiques d’antiquaires. Véritable cavernes d’Ali Baba, se perdre dans leurs allées c’est comme visiter un musée.

Biennale oblige, la ville toute entière est une exposition à ciel ouvert. Où que l’on aille, notre regard est attiré par une phrase, un dessin, une sculpture, une photo où un endroit habituellement clos qui pour l’art ouvre ses portes.

Nous nous retrouvons soudain encerclés par des centaines d’écoliers en culottes courtes et d’écolières nattées. Il est 16h ! C’est la sortie des classes mais aussi pile l’heure pour nous rendre à notre spectacle de kathakali, une forme ancienne de théâtre jouée uniquement par des hommes et qui repose sur les expressions du visage et les mouvements des bras. Pour jouer un texte composé juste de 3 scènes et de 8 dialogues, il faut compter 1h30. Rajouté à cela, 1h de maquillage auquel vous assisterez juste avant. Vous l’aurez compris : c’est long et un peu bizarre. Mais aussi très drôle. Enfin, si vous le prenez au second degré bien sûr. Notre moment préféré ? Probablement lorsqu’un des acteurs en guise d’introduction, se met à nous mimer la joie, la colère, la peur, la lune ou encore le soleil… à la manière d’un Gérard St Brice, metteur en scène de la troupe des farfadets de Limoges. Mythique !