God's own country

God’s own country

19 janvier :

Il est 9h, l’heure de la visite guidée organisée par l’office du tourisme. Nous ne sommes que 4 dans le minibus : c’est bon ça. Au programme de la matinée : jolis points de vue sur les plantations de thé mais aussi de café, de poivre, de bambou, de sucre de canne… Ça confirme bien le slogan « God’s own country » affichée un peu partout ici. Après un mini stop cascade, on embraye sur la forêt de bois de santal où on aperçoit un troupeau de daims tout en sniffant de la citronnelle.

L’après-midi, ce sera trek au sein du Chinnar Wildlife Sanctuary à la découverte de dolmen et de peintures picturales. Pour ce qui est des animaux, on repassera. Tout être normalement constitué fais la sieste à cette heure-ci, c’est d’ailleurs ce qu’on aurait fait nous aussi si nous n’étions pas en tour organisé.

Après la balade, nous apprenons enfin pourquoi il y a en permanence des coupures de courant au Kerala. C’est à cause de l’eau. Il pleut de moins en moins chaque année, ce qui a un impact direct sur la productivité du barrage et donc sur l’électricité produite. L’augmentation notoire des températures n’arrange rien à l’affaire. D’ailleurs, selon notre guide, il fera bientôt trop chaud ici pour cultiver le thé. Bref, ça sent le sapin.

La visite finie, on se dit tous gentiment aurevoir et partons chacun de notre côté. Le notre c’est celui du chocolat, Munnar étant aussi connu pour ça. Après dégustation, notre verdict est sans appel : la ville est réputée pour la simple et bonne raison que c’est la seule en Inde qui en produit.

La journée se terminera par une rapide visite de cette petite (et vilaine) ville, dont la particularité est de compter une église, une mosquée et un temple dans un périmètre grand comme un mouchoir de poche. Il ne leur manque plus qu’une synagogue et la boucle serait bouclée.