Carpe (diem)

Carpe (diem)

13 février :

A 1h de Korat se trouve Phimai un ancien temple khmer qui aurait inspiré Angkor, comme nous n’allons pas au Cambodge, on se dit que c’est l’occasion d’y aller. Dans le bus, nous faisons la connaissance d’Olivia qui voyage en Thaïlande pendant 1 mois. On passera la journée avec elle. Le temple est un endroit tranquille et apaisant. On y flâne pendant près de 2h et rencontrons au passage de tout jeunes mariés entrain de finaliser leur album photo.

On se sent bien dans cette petite ville à taille humaine. Les gens sont sympas, accueillants. On fait des rencontres, on discute ou à défaut on se sourit. Moins de tourisme plus de vraies expériences. Même si il y a le revers de la médaille. Il y a moins en moins de choses écrites en anglais ou au moins dans notre alphabet. Allez donc retrouver le bar recommandé par le routard quand toutes les enseignes sont écrites en thaï.

Après la visite, nous louons des vélos pour aller voir un arbre vieux de 350 ans. Au-delà de son grand âge, sa particularité c’est de s’être étendu tant et si bien avec ses branches et ses racines qu’il forme désormais une impressionnante tonnelle. Les thaïs ont l’habitude de venir ici pour prier et aussi pour relâcher des animaux : poissons, tortues, oiseaux. On choisit son animal en fonction de ce que l’on souhaite. Par exemple une tortue, c’est pour avoir une long et heureuse vie. Une carpe pour se venger d’un ennemi. Le fleuve en regorge. J’ai l’impression qu’on est un peu rancunier par ici.

Avant de rentrer à Korat, on fait encore quelques pas dans le marché, bien plus populaire que les précédents qu’on a pu faire. On nous avait prévenus que dans le nord-est, on mange de tout. Nous voilà face à notre 1ere brochette de rat. On passera notre tour pour cette fois