STOP

STOP

12 février:

Il est temps de reprendre la route, en direction du Nord Est de la Thaïlande jusqu’au Laos où nous passerons la frontière pour obtenir un nouveau visa. Et oui, sots que nous sommes, nous avons pris un vol pour la Birmanie le 27 février or notre visa thaï expire le 26. On ne peut pas être à 100% tout le temps, non plus.

C’est parti pour une longue journée de transport : 1H30 de bateau, puis 30 minutes de minibus, puis 7h de bus. Sur les écrans de notre bus, on nous passe du karaoké thaï. Yeah ! La route est longue mais sympa, on voit le paysage changé. Nous voilà dans la montagne puis dans des plaines arides alors qu’hier encore on barbotait dans des eaux cristallines.

Le bus s’arrête. On veut en profiter pour faire une pause pipi. Ne sachant pas combien de temps nous serons arrêtés, je décide d’utiliser plutôt les toilettes du bus que de sortir. Bonne idée, car le voilà qui redémarre.

Problème, Florent pense que je suis dehors. Affolé, il demande à stopper le bus, personne ne le comprend. Forcément puisque personne ne m’a vu sortir. Finalement, le chauffeur arrête le bus, il en sort et se lance à ma recherche. Il est dehors à m’appeler quand je réapparais. Tout le monde me fixe, s’exclame, s’éclaffe et me fait des signes. Je n’y comprends rien…

Pourquoi ils me regardent tous comme ça ?

Puis soudain, je vois Florent en train de s’agiter dehors. Mais qu’est-ce qu’il fait ? Et là, Eureka. Je sors à mon tour pour le prévenir qu’on ne m’a pas perdu. Chacun ayant retrouvé sa chacune, on remonte dans le bus tout penaud sous le regard de thaï goguenards. Ses farangs, des vrais boulets !