Là où le soleil se lève en 1er

Là où le soleil se lève en 1er

15 février :

La ville nous plaisant moyennement, on décide de partir plus tôt pour Khong Jiam. De là on pourra plus facilement rejoindre le parc Pha Taem. D’après le réceptionniste de l’hôtel, il y a des bus toutes les heures. Que nenni, le seul bus part tous les jours à 14h30. Il est 10h30…

Comme on ne veut pas perdre une journée, on décide d’aller jusqu’à Phibun Mangsahan qui se trouve dans la direction, de là on trouvera bien une solution pour s’y rendre. Après 2h de trajet dans un bus local c’est-à-dire pas très confortable, pas climatisé et avec à côté de nous un vieux thaï bourré, on arrive enfin. Bilan des courses : pas de taxi, ni de bus pour Khong Jiam. Bon ben on va prendre un tuk tuk. Mais avant il faut qu’on se comprenne. Apparemment ce n’est pas tous les jours qu’on leur demande d’aller jusque là-bas. C’est parti pour une partie de Pictionnary avec option mine. Oh Khong Jiam !!! (à prononcer avec un accent thai à couper au couteau).

Vamos chicos, je vous emmène dans ma pétrolette. La route est longue, le chemin est aride. On se fait allègrement doubler par tous les véhicules dotés d’un moteur. Mais au moins nous en roulant lentement, on peut apprécier le décor, au bord de la route, on croise plusieurs dizaines de magasins de gongs et autre gigantesque tambours.

La particularité de Khong Jiam c’est d’être la première ville en Thaïlande à voir le soleil se lever. Il l’affiche partout. C’est aussi ici que la rivière Moon rencontre le Mekong ce qui forme une rivière aux 2 couleurs. On fait une petite balade en bateau pour voir ça, mais euh franchement même en se penchant, en se concentrant et en plissant les yeux, ben on a eu du mal à distinguer les contrastes. Au grand dam de notre guide, qui nous indique pourtant l’endroit en faisant de grands gestes au risque de faire chavirer notre barque. Peut-être qu’on aura une meilleure vue de là-haut, ou sur les photos. Mais bon la balade est sympa d’autant plus que le soleil se couche sur le Mekong. On finit aux abords du parc national Kaeng Tana où on peut admirer de somptueux rochers qui semblent être là depuis toujours et aussi le plus long pont suspendu de Thaïlande. « Ils ne doivent pas en avoir beaucoup » me glisse Florent.