Flipper le dauphin

Flipper le dauphin

22 février :

Bon allez, on se bouge. Force est de constater qu’on a du mal à rester en place plus d’une journée. Aujourd’hui, on fait du kayak. Toute la journée ? Ouais !!!

Le rendez-vous est fixé à 8h : BAM !!! On pagaye pendant une heure. Florent dit qu’il passe plus de temps à essayer de nous maintenir droit que de nous faire avancer. Il semblerait effectivement que j’ai la fâcheuse tendance de toujours nous envoyer vers la gauche. Peut-être est-ce ma manière à moi d’exprimer ma solidarité envers le gouvernement.

Après 1 heure de ramage (qui se rapporte à notre plumage bien évidemment), on s’arrête pour voir une cascade. Encore une me direz-vous ? Sachez que j’en suis friande moi de ces trucs-là. Celle-ci ne ressemble pas vraiment à celles qu’on a vues auparavant. L’eau glisse puissamment entre des roches aiguisées. Elle a l’air beaucoup plus dangereux que les autres. Pas le genre de cascade où on peut faire un joli plouf.

On rembarque sur les kayaks, en passant cependant aux milieux de flammes. Les paysans pratiquent la politique de la terre brulée pour rendre leurs rizières plus prolifiques ensuite. Je comprends l’idée, je la valide même mais trop de chaleur tue la chaleur. Et là, ben au risque de me répéter : j’ai chaud !

Direction le 2eme stop : les dauphins d’irrawaddy tout proche de la frontière du Cambodge. Il agit d’une race rare et protégée qui évolue en eau douce. Contrairement à leur cousin des mers, ils n’ont pas de joli petit nez. Eux c’est plutôt le genre arrondi si vous voyez ce que je veux dire. Mais du moment qu’ils ont un aileron et qu’ils font des bonds, ça me va. On attend plus d’une 30 minutes quand soudain, le miracle se produit. Au loin, j’en vois un. Enfin juste un aileron hein. On n’est pas à Marineland ici.

Mais d’ailleurs pourquoi qu’ils sont tous ici ? On me répondra que c’est leur maison. Moi je vous dirai plutôt que c’est parce qu’ils laissent des petits poissons au bout d’hameçon. Ce qui n’engage que moi et mes yeux qui les ont vu les appâts.

Pause déjeuner, puis ça repart de plus belle. En chemin, on croise des buffles en train de se baigner. Ils ont de l’eau jusqu’à la tête. Je ne savais pas que ça pouvait nager.

Le programme de l’après-midi c’est d’aller voir une 2eme cascade. Mais attention hein, cette fois c’est la plus large d’Asie du Sud Est. Elle ressemble à l’autre en 15 fois plus grande. Pour y aller, on montera tous dans un minibus avec les kayaks et les pagaies. Nous sommes 15. On a 8 bateaux. Je vous laisse regarder la photo vous comprendrez mieux comment qu’on était à l’aise.

Fin de journée, nous voilà revenus à notre port d’arrivée. Naïvement, je pensais qu’on rentrait en bateau. Eh bien non, c’est reparti pour les 30 minutes de kayak finales. Ça me fera les bras, tient !