La vache !

La vache !

16 mars : 

Au réveil, Olivier et Laura sont partis faire un tour dans le village. Durant leur promenade, ils sont tombés sur une vache entrain de mettre bas. L’accouchement a l’air difficile. La vache est couchée. Semble souffrir. A de nombreuses contractions. Ils reviennent à la maison pour le petit déjeuner sans avoir vu naitre le petit. Sur le chemin, nous retombons sur la vache qui se tient maintenant sur ces pattes. Autour d’elle il y a 3 hommes dont le propriétaire. Nous nous informons de son état. Si elle est debout c’est qu’elle va mieux non ? Ont-ils appelé un vétérinaire pour aider la pauvre bête ? Incompréhension. La vache n’est pas du tout entrain d’accoucher. Ses contractions sont en fait de violents gaz dûs à la digestion difficile d’un jack fruit. Fou rire, général.

Nous débutons notre journée par la visite du monastère où vit un vieux moine. Le bâtiment est entièrement en bois. A l’intérieur, le moine regarde par la fenêtre, au loin et ne semble pas remarquer notre présence. Sonya l’interpelle, il se retourne alors. Elle nous explique qu’il est souffrant, qu’il a des absences. Tout le village s’occupe de lui désormais. Un peu comme si c’était leur grand père. Il nous pose 2/3 questions puis repart dans ses rêveries.

Nous nous rendons ensuite à l’école du village. L’institutrice est une amie de Sonya. Dans la classe, il y a une 50aine d’élèves de tout âges et niveaux. D’habitude, il n’y en a pas autant mais là c’est les vacances. Les enfants n’ont école que le matin. C’est pour cela qu’ils sont si nombreux. Ils nous accueillent en chantant. Puis profitent de notre présence pour tester leurs connaissances en anglais. Nice to meet you ! How are you ? How old are you ? What’s your name ? Sont autant de questions auxquelles nous sommes ravis de répondre des dizaines de fois.

Il nous reste encore quelques kilomètres avant d’arriver au lac Inle. Surement parce qu’on ne veut pas que ça se termine, on traine un peu sur le chemin. Comme on dit, toute bonne chose a une fin (sauf le saucisson qui en à 2), nous voilà déjà arrivés au port où une barque nous attend pour nous emmener à Nyaung Shwe, où se trouve notre hôtel. J’ai les larmes aux yeux au moment de quitter notre guide. Nous échangeons nos emails et on se promet de se revoir, en Birmanie ou à Paris. Des paroles en l’air ? Je n’espère pas.

Enclavé entre 2 montagnes, le lac est immense. Durant la croisière en bateau, nous découvrons enfin ses jardins flottants accessibles uniquement en barque et ses emblématiques pêcheurs. C’est charmant et plus impressionnant que ce que j’avais imaginé.

Mais, il est 13h et le soleil est au zénith. La balade va durer 1h et la barque ne dispose pas d’ombrelle. Nous nous protégeons comme nous pouvons en mettant nos vêtements sur la tête. Installé à l’avant, avec son sweat rouge, Olivier a des faux airs d’ET. Mais où est Elliott ?