La cité interdite

La cité interdite

26 avril :

Après l’avoir vu la cité interdite d’en haut, nous avons hâte de la voir vraiment. Et pour que notre visite soit couronnée de succès, nous nous payons meme le luxe de prendre un audioguide. Hyper sophistiqué il se déclenche tout seul quand on arrive à l’endroit opportun.

Sur le papier ça à l’air génial. En vrai ça ne l’est pas tellement. L’audioguide se lance un peu n’importe quand. Et même quand on est au bon endroit, on a du mal à se situer et à savoir de quel bâtiment on est entrain de nous parler exactement. C’est d’autant plus agaçant qu’il n’est pas possible de réécouter une explication…

Et la cité interdite ça donne quoi ? A l’instar de la place Tian’anmen c’est très grand, très vaste, bref impressionnant. On déambule entre la salle de l’harmonie preservée, la salle de l’harmonie parfaite, la salle de l’harmonie suprême ou encore la salle de la nourriture terrestre… (sublime n’est-il pas ? ). Elles se ressemblent un peu toutes au final. A l’intérieur des bâtiments, il n’y a pas grand chose à voir. Un trône, quelques rideaux, 2/3 sculptures et puis voilà. On découvrira tout de même quelques jolies pièce en jade.  On appréciera se promener dans le jardin. On admirera la grande dalle centrale sculptée de nuages et de dragon amenée jusqu’à la cité interdite en la faisant glisser sur une route de glace.

Après 3h de visite, on est cuit. D’autant plus que la veille on a mal dormi. J’ai passé la soirée à me démanger. Seul une douche glacée a réussi à me calmer.