Osaka

Osaka

4 mai : 

Meme s’il s’agit du bus le plus confortable que nous ayons pris jusqu’alors, nous arrivons à Osaka patraques. Métro, tunnel, métro, tunnel : nous voilà enfin dans la rue de notre auberge. On tourne, retourne, impossible de trouver l’enseigne. Et pourtant elle est bien là écrite en tout petit sur un panneau pas grand comme ça.

C’est Michael, un des clients qui nous ouvre la porte. Oscar le proprio n’est pas encore là. Il a fait la fête toute la nuit. Quand il arrive, il n’est pas bourré, il est pire. Il nous tient la jambe pendant près d’une heure, nous répètant encore et toujours les mêmes choses. Vous êtes bien gentil monsieur, mais nous tout ce qu’on veut c’est prendre une douche et qu’on nous laisse tranquille.

Avec toutes ses histoires, il est déjà 12h, l’heure de déjeuner !!! On goûte les okonomiyaki (genre de pancakes salées) et les takoyaki (boulettes aux poulpes) emblématiques d’Osaka. Miam. Puis on file à l’aquarium Kaiyukan, l’un des plus gros du monde. Il y a foule ce jour là, Golden Week oblige. On fait la queue pendant plus de 2h. A l’intérieur on se marche dessus mais franchement, on est bien contents de pouvoir admirer nous aussi les dauphins, phoques, araignées de mer supers géantes, requin baleine, méduses de toutes les couleurs, pingouins, raies, loutres, salamandres, manchots, tortues, coraux… C’est fou ! On passe près de 3h la bouche ouverte.

Le soir, nous allon diner avec nos camarades de chambrée dans un restaurant de poulet grillé. Avant de choisir ce que vous allez manger, il faut d’abord décider comment. Assis ou debout ? Parce qu’au Japon dans certains restos, si on veut manger assis, il faut payer plus cher. Comme on est tous fauchés, on décide de manger debout. Et ben vous savez quoi ? On est quand meme mieux posé sur une chaise. Surtout quand le service traine et qu’il oublie votre commande.

Un peu émechés (à force d’attendre nos plats), nous partons découvrir la nuit trépidante d’Osaka, que l’on trouve bien plus folle que celle de Tokyo. Il fait jour la nuit avec tous ses néons, toutes ses enseignes. Des poulpes géantes fument autour de nous. Sur les écrans se dandinent les 48 filles du groupe AKB48. On se fait doubler par des infirmières vampires sexy. Et dans le quartier Amemura les reverbères sont des bonhommes. Yôkoso à Osaka !