Mont rokko

Mont rokko

7 mai :

Notre plan initial de la journée était de nous rendre sur le Mont Rokko pour aller faire du camembert dans une simili ferme suisse.

Après plus de 2h de galère dans les transports, nous arrivons enfin au télépherique qui est fermé… comme tous les mardis ! Damned. Si nous voulons vraiment y aller, nous devons refaire tout le chemin en sens inverse. Or, il est 14h et nous n’avons pas encore déjeuné…

Nous jetons l’éponge et nous rabattons sur un autre mont, plus proche mais moins haut où se trouve un joli jardin. La vue sur Kobé est belle. La descente peut se faire à pied, le long d’un sentier balisé qui passe par un barrage et plusieurs cascades. On profite du paysage mais aussi des chenilles. Vertes, bleues, grises, noires : le chemin en est truffé. Partout où l’on regarde on les voit ramper où pendouiller des arbres.

Nous finissons notre journée avec Gigantor. Construit à la suite du tremblement de terre, c’est aujourd’hui le symbole de la ville. Qui quoiqu’il se passe, se relevera toujours. Sur le retour, notre chemin croise celui d’escarpins géants. Aucun symbole à voir ici. Juste la promotion d’un gigantesque centre commercial dédié aux chaussures.