Un jour sans

Un jour sans

15 mai :

Le programme du jour est alléchant. Nous allons passer la journée dans le quartier d’Obaida pour visiter le Musée Sony (qui est censé être bien mieux que le building), le showroom Toyota (pour tester des concept car), Joypolis (le parc de loisirs de Sega) puis nous assisterons à un match de baseball (le sport national ici) avant de finir la soirée au Park Hyatt, là ou le film “Lost in Translation” a été tourné.

Journée de loose totale…

Le musée Sony est nul. Le showroom Toyota est en fait une concession. Joypolis coute un bras. Pour couronner le tout, on ne nous servira jamais la 2eme pizza que nous avons commandé et les crepes sucrées que l’on veut prendre en dessert sont en rupture de stock.

Tout n’est pas perdu voyons ! Nous filons voir les Giants, l’équipe de baseball de Tokyo. Nous prenons des bières, des hot dogs et on admire le jeu. Qui est poussif… En 1h, les Giants n’ont marqué que 3 points. Dans les gradins, ce n’est pas la folie non plus. Alors qu’on se trouve dans le coin des supporters. Comme on s’ennuie un peu, on décide de partir avant la fin.

Ben oui quoi, il y a un verre de whisky Suntory qui nous attend au Park Hyatt ! Mais en fait non parce que pour pouvoir y boire un verre, il faut d’abord s’acquitter d’un droit d’entrée de presque 20 euros par personne. What a fuck ? C’est pour la musique. Moi ce prix la je le paye pour un vrai concert pas pour ecouter une simple chanteuse d’hotel. Si on dine, pas besoin de payer. Bon ben regardons la carte alors. C’est cher pour pas grand chose. Nous avons paye le meme prix à Kobe pour manger du boeuf. Ici on nous demande pres de 30 euros pour juste des tomates au pesto…On part depités.

Nous finissons la soiree en errant dans Shinjuku à la recherche du fameux quartier chaud de Kabukicho, qu’on ne trouvera jamais… Avant de tomber par hasard sur la plus belle surprise de la journee. Un restaurant qui nous promet (en francais svp) des plats succulents et des boissons enivrantes. Oasis dans le desert, c’est tout ce dont nous avons besoin. Assis au comptoir, en sirotant un verre de vin et en mangeant des tapas japonaises dans une ambiance bon enfant, on se dit que demain est un autre jour. N’est ce pas Mam Scarlett ?