Déjeuner en paix

Déjeuner en paix

19 mai :

Un 4ème mousquetaire vient de rejoindre la bande. Il s’agit d’un chaton qui passe sa journée a essayé de rentrer dans notre chambre. On l’appelera Grege parce qu’il est gris et beige et que c’est le mot préféré de Valérie Damidot.

Les garçons se foutent de moi en disant que c’est un mot qui n’existe pas. Grâce à la puissance d’internet, je leur prouverai le contraire et mettrai fin à leur jeu idiot d’inventer des couleurs.

La paix retrouvée, nous enfourchons nos vélos pour aller faire le tour de l’ile. Ici il n’y a pas de voitures. On se déplace en charette ou en biclou. On s’arrête pour déjeuner dans une paillote pour manger un nasi goreng des familles puis on file snorkeler.

Les fonds sont splendides.Il y a des centaines de poissons et on voit même des tortues. On se régale ! Juste en masque et en tuba. Quand je pense à tout l’argent qu’on a dépensé pour voir le quart aux iles similians… Bon, on apprendra quand même plus tard qu’il y a un centre sur l’ile qui s’occupe de la protection des tortues et que c’est pour cela qu’il y en a autant. Qu’importe ça reste toujours fascinant. 

On continuera notre après-midi vélo dans le sable. Pas facile d’avancer. On passe notre temps à s’enfoncer. La méthode la plus concluante sera celle de la danseuse à fond les ballons. En hurlant : yaaaaaaaaaa.

Nouvel arret jus de fruit et transats. Je rejoins les garçons dans l’eau avec mon appareil waterproof à la main dont j’ai oublié de fermer le cache d’alimentation. “Hé, ho les copains !!!” Et paf et plouf c’est le drame. Paix à ton âme, ami Pentax.

Nous finissons notre tour de l’ile par le coin des surfeurs. Jolie vue. Amie célibataire salut ! Mais déjà le soleil se couche. Le ciel est jaurange.Le ciel est blouge. Le ciel est noirose. C’est le moment de rentrer.

Mais voilà qu’il se met à pleuvoir. On ne peut pas manger sur la terrasse. On se réfugie a l’intérieur du restaurant où la fête bat son plein. Enfin surtout dans nos oreilles car il n’y a que 3 personnes en tout et pour tout qui s’agitent. C’est tellement fort, qu’on n’arrive pas à s’entendre autour de la table. Même en criant… Et vous savez pourtant je crie fort joliment.

Au moment où la chanson “Mickael Jackson is not dead” passe, je prends conscience que je le serai moi bientôt si je ne réagis pas et leur demande de baisser le volume. Ce qu’il ne font pas. Bon ben très bien… Migrons sur la terrasse vu que la pluie s’est arretée. Manque de bol, à peine installer, ça recommence. On file sous une tonnelle déjà occupée par 2 allemandes. “Salut les filles ! On va finir notre diner avec vous. Ne vous dérangez pas pour nous.” Sympa comme diner. Du coup, on avale notre repas en 2/2 sans apprécié vraiment notre poisson grillé. Mais comme on est pas le genre de personne à se laisser abattre, on finira la journée par un massage balinais des plus sportifs.

Je rêve où y’a une nana qui est entrain de marcher sur moi ?