La goutte

La goutte

12 juin : 

Au petit matin, on file direct dans une clinique tout à côté pour faire ausculter mon genou. Ile Maurice oblige, elle donne directement sur l’océan. Pas mal comme cadre non ?

J’ai droit à une radio et à une prise de sang. Ils envisagent même un moment la possibilité que j’ai la goutte. Non non je vous jure madame, je n’ai pas 70 ans. Résultat des courses : je n’ai rien. Enfin d’après les résultats parce que moi j’ai toujours mal. 

“Peut-être qu’on devrait un IRM” on se dit. En pensant à la rupture du ligament croisé antérieur de Florent qu’on a vu que comme ça. Mais comme personne ne nous l’a propose. On demande alors au médecin ce qu’il en pense. Elle nous répond “Si vous voulez…” Devant si peu d’entrain, on laisse tomber. Et on part avec des anti-inflammatoires, des anti-douleurs et des vitamines. 

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons dans un boui boui et mangeons un pain cari. Yabon. Ici les gens viennent nous aborder assez naturellement. Leur sujet favori ? La politique. “Que pensez vous de François Hollande ?” nous demandent-ils. Apparemment, sur l’île ils sont plutôt pro-Sarko. Puis petit arrêt par la poste. On veut envoyer un colis en France. Pour cela, on nous donne 17 timbres. Whaou ! On finit la séance collage avec la langue presque desséchée, l’enveloppe étant presque entièrement recouverte de théières (aka l’image sur les timbres).

Qui dit île Maurice, dit plage paradisiaque. Ca serait quand même bien dommage de s’être arrêté ici et de ne pas se baigner. Je pars donc faire un tour en bord de mer. Je croise, des crabes et des oursins violets qui sont d’après ce qu’on m’a dit les seuls comestibles. Moi j’aurai plutôt foncé pour les noirs. A Kho Lanta, j’aurai pas tenu 1 semaine.