Taxi-brousse

Taxi-brousse

15 juin : 

C’est parti pour la grande aventure ! Notre objectif ? Visiter le Moyen Ouest en descendant la rivière Tsiribinha. Pour cela, le mieux c’est d’aller voir “Chez Billy” à Antsirabé. A environ 4h de route de Tananarivo en taxi brousse. 

Arrivés à la gare routière… On hallucine. On dirait un bidonville. A peine sorti de la voiture, c’est reparti pour la vente aux enchères. Et le gros lot c’est nous. On nous prend à parti. On nous hurle dessus. On nous tire vers un minibus, puis vers un autre. Je me demande même un moment si on ne va pas finir démembrer.

La seule chose qui nous rassure c’est qu’on se rend compte que ce n’est pas un traitement spécial vazaha. Les malgaches aussi se font malmener dans cette foire à l’empoigne. Du coup, une fois le choc passé, on décide de se rebeller, on se met à leur crier dessus aussi et on négocie les prix, parce qu’on a bien compris qu’on ne mettra jamais la main sur les bureaux des coopératives comme le recommande le guide du Routard. 

Affaire conclue, on monte dans ton taxi brousse. Mais on veut les places de devant, juste derrière le chauffeur. Réputée les plus confortables. On est plutôt contents de nous. On a le tarif, on a les places. Mais ce qu’on ne savait pas c’est qu’on allait être 7 sur une banquette de 3,5. Sauf que pour les malgaches, les 3 passagers supplémentaires ne comptent pas car ce sont des enfants. Du coup, on se retrouve serrés comme des sardines, avec un petit garçon de 4 ans sur les genoux.

Qui je dois le reconnaître était… trognon. Il n’aura pas moufté une seule fois durant tout le trajet. Sage comme une image. Doux comme un agneau. On en revient pas ! Ca existe alors pour de vrai des enfants pas chiants ? 

Arrivés “Chez Billy”, on est accueilli chaleureusement par le maitre des lieux. A coup de hopla. Parce que monsieur à épouser une madame de chez moi. Yo foilà. Juste le temps de prendre un rhum arrangé, on se retrouve dans les filets de monsieur Colbert, ancien guide Nouvelles Frontières qui nous propose de partir avec son frère dans 2 jours, faire la descente de la Tsirinbha. Le tarif est bon, après négociation. Banco, on y va ! De toute façon, on était venu pour ça.