Prendre un enfant par la main

Prendre un enfant par la main

30 juin :

Après la pirogue, place au canoé. Mais aujourd’hui c’est nous qui prenons les commandes ! Direction une crique que nous a recommandé Philippe. Sauf qu’en fait non, car on se rend compte en chemin qu’on n’a pas pris d’eau et qu’on a oublié la crème solaire. Pas le courage de retourner à l’hôtel. Du coup, on va faire plus court en se rendant sur le banc de sable juste en face.

On se baigne un peu, on s’amuse à effrayer les crabes qui sortent de leur trou et puis on fait du snorkelling avec les masques que nous avons loué à Gilbert et qui s’avèrent comme lui… bidons. En vérité, ce ne sont pas des masques mais des lunettes de piscine et y’a pas de tuba. Mais bon, on arrive quand même à voir une rascasse, plein de bernard l’hermitte et un poisson qui ressemble a un caméléon. Bizarre !

On fait ensuite un tour à Belo et on admire les goélettes. Lorsqu’elles sont en construction, on dirait d’énormes carcasses de baleine. Comme d’habitude, on se fait harceler par les enfants. “Vazaha donne moi le bonbon, le stylo, l’argent… Vazaha, Vazaha,VAZAHAAAAAA”.

Après les sourires des 1ers jours, la pédagogie puis l’indifférence. Ca commence à m’énerver vraiment. A tel point que maintenant, je leur crie dessus, systématiquement. En leur disant qu’il ferait mieux d’étudier que de mendier. Et je jette même du sable au visage d’un enfant, particulièrement collant. C’est mal, je sais… Mais euh c’est lui qui avait commencé !!!