A malin, malin et demi

A malin, malin et demi

4 juillet : 

Allez hop, nous voilà dans le taxi-brousse direction Fiana à 5h30. Mais croyez pas qu’on part. Non non non. En fait, on va faire d’abord le tour de la ville pour chercher d’autres personnes. Puis vers 6h30 nous echouerons à la gare routière. Il nous manque 2 personnes pour que le minibus soit complet. 30 minutes plus tard, les voilà. Ils seront 3 et pas 2. Mais ça c’est pas un souci. On se serrera. A Mada, on ne part pas, tant qu’on n’est pas plein. Mais on peut partir quand on est sur plein.

9h plus tard, on est arrivé. A la gare routière, Zina chez qui nous dormons ce soir, nous a envoyé un ami pour venir nous chercher. Il en profite pour essayer nous vendre sa soupe. Un 4*4 ? Un taxi ? On peut pas lui en vouloir d’essayer, mais là sérieux, on en a plein les bottes. Et puis de toute façon, nous vendredi on prend le train. Donc de nous tu ne tireras rien.

D’ailleurs, il serait temps d’aller faire un tour à la gare pour réserver nos billets. Manque de bol, c’est fermé. Mais pas le bureau des guides de Fiana. On s’arrête. Si on pouvait éviter de reprendre le taxi brousse, pour le trajet retour ça serait vraiment pas mal.

Ils nous demandent 900 000 pour le trajet retour jusqu’à Tana. Je tente le “ en franc malgache ?”, car à Mada, ils arrivent souvent qu’on nous donne le prix dans l’ancienne monnaie. Un peu comme si nous on continuait à parler en franc ou en ancien franc. Mais non pas cette fois. Là, ils essayent simplement de nous escroquer.

On les remercie donc chaleureusement pour toutes les précieuses informations qu’ils nous ont donné, puis prenons congé. En ne manquant pas de les rassurer sur le fait que nous reviendrons en fin de journée conclure l’affaire. Bien évidemment. Après tout, il n’y a pas de raison qu’on soit les seuls à être pris pour des cons 🙂