Contre mauvaise fortune, bon coeur

Contre mauvaise fortune, bon coeur

14 août :

Il était censé pleuvoir aujourd’hui, mais quand on se réveille grand soleil. Nous pensions partir ce matin, mais compte tenu du beau temps, on reste ! Seul petit problème, il est un peu tard pour partir en randonnée.

Du coup, on fait quoi ? Un bateau part dans quelques instants pour une session snorkeling dans les meilleurs spots de l’île. Ca peut être pas mal ça ! On y va. En tout nous sommes 9 : nous, Danilo l’italien, Coke le chilien, un couple de russes, 2 brésiliennes et encore un autre chilien. 

1er stop : la laguna verde. C’est joli mais le temps commence à se faire menaçant et le ciel vire au gris. Damned, ce serait-on emballés ? Va-t-on se faire tremper ? On se jete quand même à l’eau. Qui est bien froide. Quant au snorkeling, ben il est un peu décevant. Heureusement notre groupe est super et on rigole bien. 2ème stop : le temps est toujours gris, il fait toujours froid et l’eau ne s’est pas réchauffée. Mais le snorkeling est meilleur avec pleins de coraux orange et jaune fluo, de grosses étoiles de mer. Espérons que le temps se maintienne. 3ème stop : c’est le déluge. Coke est dans l’eau, ses longs cheveux aux vents, entrain de crier des incantations pour faire cesser la pluie. Ca ne marche pas franchement mais ca aurait pu, tellement il avait l’air convaincu.

Pour se protéger, on sort le toit en tissu du bateau. Ca aide un peu, mais 10 minutes plus tard, il est trempé lui aussi et nous dégouline dessus. Pas glop, je grelotte. Attendri par mon air de chien mouillé, Danilo, me proposera même d’utiliser son drapeau italien pour me protéger. C’est très sympa mais ça ne sert à rien. Bon le mieux c’est encore d’aller au restaurant pour le déjeuner. On y sera au sec et on pourra peut être même se réchauffer. Finalement pas trop, vu que la salle est en plein air… Alors à défaut, on prendra tous une caipirinha. Rien de tel que les remèdes de grand mère.

C’est reparti pour les 3 derniers stops. La pluie s’est arrêtée mais le vent est gelé. Cette fois-ci personne ne se baignera. On préfèrera regarder le coin en claquant des dents et en se marrant. L’heure est venue de rentrer au port. On va enfin pouvoir prendre une douche chaude et se glisser sous une couette. Mais avant de partir, on fera un dernier bécot à tous nos compagnons d’infortune.

Cette journée aurait pu être un fiasco, elle en a été tout autrement. Tout simplement parce que nous avions tous décidé, qu’on allait s’amuser, contre vents et marées ! Et c’est ce que l’on a fait, littéralement.