Bonito

Bonito

24 août : 

Après les marécages du Pantanal, direction les eaux limpides de Bonito. Le départ du camp, se fait en apothéose. Un peu comme si tous les haras, toucans, caimans et capibara s’étaient donné le mot pour nous dire aurevoir.

Bonito signifie joli, on s’attend donc à arriver dans une petite ville charmante où tous les jours le soleil. Bon ben c’est raté. Bonito n’est pas joli et en plus il fait froid et gris…C’est ballot parce qu’ici l’activité n°1 c’est les sports d’eau.

Comme il est prévu le même temps demain, on optera donc pour un tour où on n’a pas besoin de se mouiller avec Cristina et Sébastien, un couple franco-mexicain de Paris qui étaient avec nous au Pantanal et qui sont arrivés un jour plus tôt ici. En attendant comme c’est l’heure de diner, on file dans un resturant de viandes exotiques. Après les avoir pris en photo, ce soir nous allons déguster du capibara et du pecari. Bilan : on les préfère en vie que dans notre assiette.