Casa Rosada

Casa Rosada

7 septembre : 

Dernier jour à Buenos Aires sous la pluie. Jusqu’ici le temps avait été plutôt clément pour un mois d’hiver. On se réfugie donc à la Casa Rosada, leur Elysée à eux que l’on peut visiter tous les samedi gratuitement et sans faire la queue. Quand on pense que chez nous, c’est ouvert une fois par an et qu’il faut attendre au moins 6h… Le bâtiment est joli, on passe de salle de réunion en salle de travail. On découvre le “Wall of Fame” argentin. De toutes les personnalités exposées, je ne reconnaitrai que Maradona, Messi et Mafalda. A croire qu’Argentine, pour être connu, il faut avec avoir un nom de scène commençant par un M comme… Mélanie ! Bon Dieu mais je vais rester ici. Clou du spectacle le bureau de la présidente Crisina kirchner. Très rococo et plutôt bien rangé (déoslée interdiction de prendre de photos). Bravo, mon lieu de travail à moi, c’était bien plus le bordel que ça. 

Il pleut toujours, nous filons donc voir la Manzana de las Luces, un ancien couvent recommandé fortement par notre guide comme une visite 2 routards et qui se trouve à côté ! Depuis le début de notre voyage, nous avons rarement fait de visite ayant si peu d’intérêt. Circulez, y’a rien à voir.

Petite pause déjeuner à… 16h. On a tellement faim qu’on échoue au Burger King. Fait intéressant ici, comme on est au pays de la bidoche, on a pas un steak dans notre burger, on n’en pas 2, ni 3 mais 4 !!! Notre petit 280gr français doit bien les faire marrer, tiens !

Avant de rentrer, nous faisons une petite pause shopping. Ils nous faut des vêtements chauds car demain nous nous envolons pour la Patagonie où il fera dans les – 5 degrés. Comme quoi l’écharpe et les gants d’Evelyne aurait bien été utile finalement… Il nous faut aussi un appareil photo. La veille, nous avons écumé la rue de la Libertad aussi appelée la rue des voleurs où on peut acheter des appareils photos récents et d’occasion mais sans cable et tout le toutim bien sûr car il s’agit d’appareils qui ont été dérobé à des touristes. Je dois vous avouer que la tentation était grande car la différence de prix étant conséquente.

Mais finalement nous avons préféré acheter un appareil neuf à un prix exorbitant pour la qualité plutôt que d’encourager ce type de pratique. Hors de question de récompenser ses truands et tant pis si ça fait mal à notre portefeuille.