Alta Montana

Alta Montana

22 septembre : 

Aujourd’hui c’est dimanche. Toutes les caves sont fermées, pareil pour les musées. On décide alors, d’aller faire un tour dans les Andes. Initialement, nous voulions louer une voiture et faire la balade tout seuls. Mais après plusieurs avis alarmistes sur l’état et la complexité de la route, on décide la mort dans l’âme d’y aller avec un tour.

Dans le minibus, nous admirons la cordillère des Andes en n’oubliant pas de jeter un oeil à la route. Qui n’est pas difficile du tout : il n’y en a qu’une et elle va tout le temps, tout droit, impossible de se perdre. Quand à son état, il est parfait. Elle est large et dégagée. Il n’y a pas de glace, ni de neige. Aucun besoin de chaînes. On aurait pu y’a aller par nous-mêmes. Sauf que maintenant, on est dans un minibus, pieds et poings liés avec le groupe.

On attend le groupe qui loue des luges. On attend le groupe qui fait du téléphérique. On attend le groupe qui mange. On attend le groupe qui joue dans la neige. On attend le groupe qui veut faire une photo devant un caillou. On attend le groupe qui a envie de faire pipi.

Heureusement pour nous, la balade est jolie. Nous irons jusqu’à la frontière chilienne à 3200m à travers de vastes montagnes couvertes de neige. Là haut, il fait froid, le vent souffle et la neige se transforme en glace. Et on voit l’Aconcagua, le point culminant de la cordillère. Mais le clou du spectacle sera pour nous le sublime Puente del Inca, un pont naturel pétrifié qui nous aura subjugué par sa beauté et par l’aura mystique de son hôtel abandonné.