L'incroyable Hulk

L’incroyable Hulk

21 septembre : 

Notre arrivée matinale à Mendoza se fera sous la pluie. Pas glop ! Et malheureusement pour nous, notre chambre ne sera disponible qu’à partir 14h. Or il est 8h et bien entendu nous n’avons pas dormi. Damned…

Qu’allons nous bien pouvoir faire pour tuer le temps ?

8h00 : déjà, on va resquiller au petit déjeuner. Ni vu ni connu, on profite du buffet. C’est toujours ça que les impôts n’auront pas !

9h00 : plus que 4h30 à attendre. C’est toujours trop. Je décide donc d’amadouer le réceptionniste. A la manière du chat poté, je tente de lui faire pitié. C’est un échec mais bon au moins maintenant il est 9h30.

9h30 : et si on allait faire un petit tour sur Facebook et consorts ? Ou comment tuer 1h de temps sans même s’en rendre compte.

10h30 : marre d’être enfermés ! On décide d’aller faire un petit tour en ville pour nous occuper. Mais comme il pleut et qu’on n’a pas de parapluie, on est trempé. Au moins ça nous tient réveillé.

11h30 : c’est bientôt l’heure de déjeuner, faisons un saut au mercado central juste en face de notre hôtel et couvert de surcroit. Les étals sont jolis, les produits appétissants. Ca nous rappelle chez nous : “Et elle prendra quoi avec ça ma petite dame ?”

12h30 : on est à court d’idées… Alors on tourne nos pouces dans un sens, puis dans l’autre. Et puis on regarde dans le vague, en se balançant doucement.

12h35 : notre petit manège a du faire flipper le réceptionniste, il nous fait signe que notre chambre est enfin disponible. Ouais !!! Mais ça c’était avant qu’avoir vu la chambre… Elle est minuscule, la peinture est écaillée et la porte de la salle de bain ne ferme pas. NO SE PUEDE !!!

12H45 : impossible de me rappeler ce qui s’est passé durant les 10 dernières minutes. Mes vêtements sont déchirés, ma peau légèrement verdâtre, la réceptionniste a l’air traumatisé… Mais le plus important c’est que nous sommes désormais dans une jolie chambre bien confortable et que je vais pouvoir faire dodo maintenant.